Tidal – Jay Z, qu’est ce qui ne colle pas ?

By Oxygène Celebrity Marketing 2 années ago
Home  /  ACTU  /  Tidal – Jay Z, qu’est ce qui ne colle pas ?

Tidal et Jay Z : la preuve par 9… millions de dollars que le Celebrity Marketing ne suffit pas.

Vous vous souvenez en mars dernier, JAY Z lançait à grand renfort médiatique Tidal, sa plateforme musicale. Gros battage et au final, un constat d’échec qui buzz depuis plusieurs semaines et qui précède peut-être l’annonce prochaine de l’abandon du projet…

Et pourtant, en termes de « matching hypothesis », entre la marque Tidal et la personnalité, cela semblait « matcher » parfaitement.

Songez un peu, Jay Z en termes de :

– Crédibilité musicale,
– Niveau de performance dans le milieu,
– Familiarité/estime/attractivité auprès des jeunes,
– Pertinence par rapport à l’industrie musicale,
– Potentiel négatif proche de 0 chez cet artiste ou la « rebellitude » est parfaitement maîtrisée,
– Potentiel médiatique considérable,
– Disponibilité pour un projet dont il est lui-même le capital-risqueur…

Songez qu’il a même eu le soutien de Madonna, Nicky Minaj et bien d’autres…

Tidal

Voyons maintenant les faiblesses… et pour cela, revenons sur certains critères :

1-La crédibilité :

Tidal propose de monter « un collectif d’artiste », rassemblé en contre-pouvoir face aux « Majors » pour proposer une diffusion qualitative en Hi-FI…

Jay Z est-il crédible en business man pour incarner ce projet-là? C’est probablement là que le bât blesse vraiment….

Tidal, c’est (c’était ?) un vrai projet de business, ce qui suppose une grosse solidité pour l’entreprise et son chef, face à l’environnement et aux concurrents qu’il s’est choisi. Tidal a prétendu à un lancement mondial avec des stars mondiales, quelques semaines avant le lancement de la plateforme musicale d’Apple dont aucun des artistes « signés » chez Tidal n’a envie de se priver, à commencer par Jay Z lui-même???

On aurait pu imaginer un lancement pointu sur une niche, avec une approche plus conceptuelle.

Ne fallait-il pas donner l’incarnation du projet business à un vrai homme d’affaire positionné de manière crédible sur cette valeur de contre-pouvoir ?

2-Disponibilité :

Celui qui incarne le projet en tant que chef d’entreprise doit être disponible H24/7J. Jay Z est aussi, (surtout ?) un artiste très demandé, aux multiples facettes y compris de designer de Sneakers pour Nike.

Il a donné « beaucoup » à Tidal en tant que Celebrity pour lancer le concept, mais cela reste « peu » face au combat permanent que suppose ce projet positionné sur un marché hyper compétitif.

3-Dans la « matching hypothesis MH10 » :

Il y a aussi le critère de «différentiation ».
Or celle-ci n’était pas au rendez-vous, dans un univers où tous les produits sont justement des stars. Sans doute Jay Z a-t’il pensé qu’il suffirait à lui tout seul pour faire la différence…

Dommage, car il y a une vraie idée derrière Tidal. Quand vous écoutez Nicolas Sirkis vous expliquer pourquoi il a rejoint Tidal en France, il nous donne d’excellentes raisons : la qualité Hi-Fi, le soutien des jeunes artistes, le contre-pouvoir face aux géants et au « main stream »….

Et finalement, c’est peut-être à tout cela que pense Jay Z en ce moment, et plutôt que jeter l’éponge, il cherche peut-être un chasseur de tête… En France J’aurais bien vu un Marin Karmitz de la musique, un Patrick Zelnik

A suivre

Category:
  ACTU
this post was shared 0 times
 000
About

 Oxygène Celebrity Marketing

  (365 articles)